SUBSCRIBE to ACP PULSE
Accueil

Le partenariat ACP, CE et ONU-Habitat annonce un nouveau financement à hauteur de 11 millions USD pour améliorer la vie dans les bidonvilles

Version imprimableversion PDF
Nairobi, le 10 mai 2017/ UNHABITAT/ ACP: Un nouveau USD 11 million a été assuré pour le Programme participatif d’Amélioration des bidonvilles (PPAB) afin de permettre aux pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique de transformer les conditions de vie des habitants des bidonvilles.
 
Le programme est une initiative du Secrétariat des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, financé par la Commission européenne et mise en oeuvre par ONU-Habitat. ONU-Habitat estime qu'environ un milliard de personnes vivant dans des bidonvilles du monde entier et si aucune action n'est prise, le nombre de personnes vivant dans des logements inadéquats devrait atteindre plus de 3 milliards d'ici 2030.
 
L'annonce a été faite lors de la vingt-sixième session du Conseil des gouverneurs d'ONU-Habitat qui discute des opportunités pour la mise en oeuvre effective du Nouvel Agenda Urbain, un plan d'action de 20 ans sur le logement et le développement urbain durable.
 
«Je suis ravi de célébrer et d'annoncer le troisième cycle de financement du Programme mondial de mise à niveau des bidonvilles participatifs», a déclaré l'Ambassadeur Léonard-Emile OGNIMBA, Secrétaire général adjoint du Secrétariat-Groupe d'États africain, des Caraïbes et du Pacifique.
 
Il a en outre indiqué que « dix millions d'euros seront utilisés pour 50% des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Dans l'avenir, nous souhaitons voir le renforcement des processus menés par la communauté et l'autonomisation des gouvernements locaux et nationaux pour renforcer leurs capacités financières et techniques à relever le défi des bidonvilles. »
 
Le financement couvre les années 2017-2021 au cours desquelles l’ONU-Habitat devrait contribuer à hauteur de 11 millions USD et apporter les changements et la transformation nécessaires pour mettre fin à la pauvreté urbaine dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique de façon durable. Les fonds sont également destinés à catalyser les ressources publiques grâce à l’amélioration des bidonvilles. Au niveau international, la Commission européenne explore l'Union européenne en harmonisant certaines modalités où les banques nationales et le secteur privé seraient sollicités pour financer les initiatives de modernisation des bidonvilles.
 
« Je peux vous assurer que ONU-Habitat et le Programme Participatif d’Amélioration des bidonvilles sont adaptés aux objectifs de développement durable (SDG) et au Nouvel Agenda Urbain. L’ONU-Habitat fera de son mieux pour tirer parti des fonds catalytiques et apporter le changement et la transformation nécessaires pour mettre fin à la pauvreté urbaine dans les pays ACP de manière durable, grâce a une vision à long terme », a déclaré M. Raf Tuts, directeur du programme Division, ONU-Habitat. Les autorités nationales et locales devraient également cofinancer le processus.
 
"La Ville de Dakar et mon ministère ont signé des accords de contribution totalisant 300 000 USD", a déclaré Diène Farba Sarr, ministre sénégalaise du Renouvellement urbain, Habitat et Environnement Vivant, tout en montrant l'engagement de son gouvernement.
 
La contribution du Cameroun à l’amélioration des bidonvilles a également été soulignée. "Mon gouvernement a fourni un cofinancement de USD260, 000 pour la mise en oeuvre d'initiatives concrètes au niveau du quartier", a déclaré l'hon. M. Jean-Claude Mbwentchou. Il a également pu démontrer le dévouement de son gouvernement à l'utilisation des ressources publiques pour relever les défis des pauvres urbains. Les interventions
comprennent la fourniture d'installations d'assainissement ainsi que l’amélioration des espaces publics comprenant par exemple la construction de ponts publics destinés d'améliorer l'accès au quartier. Un montant supplémentaire de 200 000 USD a été apporté par les partenaires, a ajouté le ministre.
 
Les bidonvilles et les habitats informels sont des manifestations physiques des inégalités. Ils résultent de l'exclusion, la stigmatisation, la gentrification et de la pauvreté urbaine. Bien que le pourcentage d'habitants des bidonvilles ait diminué de 39 pour cent à 30 pour cent de la population urbaine dans les pays en développement entre 2000 et 2014 - le nombre absolu des citadins les plus pauvres continue de croître.
 
En conséquence, le Programme appelle à des mesures urgentes pour que les pays soient responsables devant les enfants, les jeunes, les personnes âgées, les hommes et les femmes vivant dans les bidonvilles et sont habilités par les cadres de développement mondial à mener une transformation urbaine durable.
 
L’amélioration des bidonvilles est un enjeu déterminant de part de son potentiel de réduction des inégalités dans le contexte urbain. Cela suppose une intégration des personnes vivant dans les bidonvilles dans le tissu urbain plus large, rendant les villes plus prospères et durables. Les nouveaux fonds permettront aux pays participants
de combler l'écart entre les inégalités.
 
Tout en se félicitant de l'annonce des nouveaux fonds mis à disposition, le ministre adjoint du gouvernement local et du développement régional du Ghana, l'honorable Adjei Kwasi Boateng a déclaré: « Nous sommes très heureux de voir le programme lancer le troisième cycle de financement. Cela n'est possible que lorsque le Programme participatif de mise à niveau des bidonvilles a démontré des avantages tangibles pour relever le défi de la pauvreté urbaine ».
 
En mettant l'accent sur la fin de la pauvreté grâce à l’amélioration des bidonvilles, les nouveaux fonds servis sont fonctions des succès du premier et du deuxième cycle de financement. En effet, ce financement supplémentaire ainsi que les actions réalisées jusqu'à présent donnent aux pays l'impulsion d’en faire plus, en particulier en raison des énormes besoins en termes d’investissement qui restent souvent les principaux freins dans l’amélioration des bidonvilles.
 
Dans le cadre de la campagne Up For Slum Dwellers -Transforming a Million Lives, des acteurs étatiques et non étatiques seront mobilisés pour réaliser des initiatives tangibles qui
améliorent le niveau de vie des habitants des bidonvilles. L'accès à l'amélioration du logement, de la sécurité, de la sécurité foncière, de l'espace communautaire, ainsi que des services de base devra assuré aux habitants des bidonvilles, en particulier pour les femmes et les jeunes.
 
Les pays participants auront seront également invites à partager leurs connaissances impliquant le sud et le nord au cours de divers plateformes participatives, renforçant leur capacité à développer des solutions d’amélioration des bidonvilles. Le programme à travers la campagne Up For Slum Dwellers -Transforming a Million Lives collaborera avec des réseaux existants tels que Mayors, pour défendre l'amélioration des conditions de vie des habitants des bidonvilles, ainsi que pour faciliter le réseautage, la diffusion d'informations
et l'échange d'idées.
 
Le Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles vise une expansion de son action depuis les 35 pays Africains, Caribéens et du Pacifique aujourd’hui, à 79 demain.
 
À propos du Programme participatif de mise à niveau des bidonvilles (PSUP) 
 
Lancé en 2008, le Programme participatif d’amélioration des bidonvilles est un effort conjoint du Groupe d'États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), de la Commission européenne (CE) et de l'ONU-Habitat. À ce jour, le programme a atteint 35 pays ACP et 160 villes. Les réalisations du programme à ce jour comprennent les points suivants :
 
 Le Programme a créé 30 équipes-pays dans les régions d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique pour 160 villes. Les équipes-pays ont donné une voix aux habitants des bidonvilles et ont facilité une approche intégrée et participative en mettant les populations au centre des politiques, de la prise de décision et de la transformation dans les communautés. Les habitants des bidonvilles du PPAB ne sont pas seulement reconnus, mais ils dirigent également des processus de transformation durable en accordant une attention particulière aux femmes, aux jeunes et aux enfants grâce à des interventions centrées sur les personnes et aux Fonds gérés par la communauté.
 
 Cinquante millions, huit cent quatre millions d'euros ont été mobilisés avec un investissement de 3,4 millions d'euros, ce qui a permis d'améliorer directement les conditions de vie pour environ 268 000 femmes et jeunes vivant dans des bidonvilles et des habitats informels grâce à l'approche de gestion des fonds gérés par les communautés. Par exemple, grâce aux stratégies de développement et aux plans de quartier mis en oeuvre par le biais de projets stratégiques axés sur les personnes au Kenya, 57 000 personnes ont amélioré leurs conditions de vie et 13 000 ménages ont sécurisé leur statut. 45 pour cent des décisions ont été prises par des femmes qui ont oeuvré dans le domaine de l'eau, de l’assainissement et de la sécurisation du quartier et des espaces publics pour les femmes et les jeunes filles. Les distances pour aller chercher de l'eau ont été réduites de 50% en moyenne. Les capacités des femmes notamment été renforcées par un centre de formation dirigé par 140 femmes.
 
 820 000 habitants des bidonvilles ont été protégés contre les expulsions. Le programme déclenche des réformes institutionnelles et législatives. Dans 35 pays ACP, les politiques et législations ont été analysés et revus. Par exemple, au Cameroun, la révision de la loi sur l'aménagement du territoire dévoué à l’amélioration des bidonvilles par les autorités locales était une condition préalable importante pour la mise à niveau stratégique des taudis stratégiques dans l'ensemble de la ville.
 
 La collecte de données sur le genre, réalisée de manière exhaustive et intégrée, fournit des informations sur des politiques urbaines nationales inclusives fondées sur des preuves. 35 pays ont réexaminé leurs politiques de logement et politiques urbaines, et 8 pays ont déjà approuvé une politique urbaine inclusive. En conséquence, les bidonvilles sont reconnus et priorisés au niveau national. Dans de nombreux pays ACP, la mise en valeur des bidonvilles se reflète dans le Plan National de Développement et donne donc des points d'entrée importants pour la législation et le financement.
 
 Le PPAB a introduit les principes participatifs ainsi que des définitions précises permettant la reconnaissance de ces habitants et leurs prises en compte dans les politiques. Trop souvent, les pays pratiquent encore des expulsions forcées, nuisibles. Le programme favorise l'état de droit grâce à son attention particulière aux Droits de l'Homme, et en particulier le droit à un logement adéquat.
 
 Le programme favorise les interventions axées sur la communauté qui transforment la vie des populations, et en particulier en ce qui concerne les femmes et les jeunes. Les projets stratégiques du PPAB sont conçus pour fournir des moyens de subsistance durables et des possibilités d'emploi pour mettre fin à la pauvreté et rendre les transformations durables.
 
Pour plus d’informations, veuillez nous contacter via psup@unhabitat.org ou rendez-vous sur les sites www.unhabitat.org/psup, http://www.worldurbancampaign.org/psup
 


Avenue Georges Henri 451
B - 1200 Bruxelles - Brussels
Belgique - Belgium
email : info@acp.int
Tel: +32 2 743 06 00
Fax: +32 2 735 55 73
see map/voir plan

ACP Events
« octobre 2018 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Diffusion vidéos

Symposium à l'occasion de la commémoration du 40e anniversaire de la création du Groupe ACP

ACP Public Documents
Notice


The ACP Group is a registered trademark. The ACP logo and material on this site are protected by copyright laws and international treaty provisions. Unauthorised use of the ACP logo or copyright material without written permission is punishable by law.